10 ans qu'on ne les a pas vus à Lyon mais le souvenir est intact :
un concert hystérique, débraillé, un public survolté.

Si vous avez déjà goûté au cinéma du grand Emir Kusturica (où les musiciens virtuoses du No Smoking Orchestra tiennent régulièrement la partition, à l'instar d'un certain Goran Bregovic), vous êtes déjà paré au rythme effréné qu'imposent leurs concerts.
Sinon, attendez-vous simplement à vous faire embarquer dans une suite de rebondissements imprévisibles où joie, sourires, danse et sens de la fête sont de mise. Un concentré de culture Balkanique dans un esprit très punk.

Ce n'est pas le pire des programmes, nous en conviendrons :-)

JEU. 14
DEC. 2017
> 20H00

 

GENRE : ROCK

TARIF : 32,80 EUROS (frais de loc. inclus)

 

OUVERTURE DES PORTES > 19H00

DEBUT DES CONCERTS > 20H00

 

 

FOODTRUCK SUR PLACE

 

EMIR KUSTURICA & THE NO SMOKING ORCHESTRA

 

On dit que la vie est comme un bon film : pleine de rebondissements imprévisibles et de dénouements inattendus. Exactement comme l’histoire de ce groupe. Zabranjeno pušenje ( No Smoking Orchestra) est apparu sur la scène musicale de la Yougoslavie de Tito dans les années 80. Tito voulait montrer à l’Ouest que la Yougoslavie n’était pas comme les autres pays du camp communiste : le rock avait droit d’exister. Mais comme dans les autres pays de l’Europe de l’Est, le rock’n’roll était marginal et restait sous contrôle... Et bon nombre de groupes et d’auteurs ont été "mis au placard", ignorés par les médias, stigmatisés comme ennemis d’état. Zabranjeno pušenje n’a pas échappé à cette pratique. En été 1984, le groupe sort son premier album. Ils rencontrent très vite, un peu à leur insu, un énorme succès les placant au devant de la scène sans être pour autant un groupe de musique populaire. Il touche une jeune génération "consciente", adepte d'une certaine critique du pouvoir et du gouvernement. Leur manque d’habileté dans la gestion des médias et surtout l’accusation faite au chanteur d’avoir oser insulter le défunt Tito lors d’un concert leur vaudra d'être tout aussi vite renvoyés aux oubliettes... En parallèle Emir Kusturica, jeune metteur en scène, rentre au pays en 1986, après de longs séjours à l’étranger, et rejoint le groupe comme bassiste. En 1989-90 le groupe revient sur la scène rock yougoslave, suite à une nouvelle vague de démocratisation remettant au goût du jour leurs textes contestataires. La guerre des années 1990 ne sera qu’une "pause" pour le groupe qui appartient désormais à une génération qui grandit avec lui et par lui. C’est en 2001 que le groupe s’exporte. Les successives collaborations cinématographiques avec Emir et les tournées dans différents pays leur apportent force et maturité. Après plus de 500 concerts dans une trentaine de pays du monde, ‘Emir Kusturica and the No Smoking Orchestra’ continue sa route toujours pleine de rebondissements imprévisibles et de dénouements inattendus.

 

 

Proposé par 3 Ptit Tour